Outils pour utilisateurs

Outils du site


cr:ag:lille:20160513

Collectif des précaires de l’ESR de Lille - Compte-rendu d’AG 13/05/2016

Nous avons, à partir de 18h, participé à l’AG de Lutte des étudiant-e-s mobilisés d’Archimède, pour nous réunir ensuite et évoquer les points suivants. Etant moins nombreux que d’habitude, nous avons procédé de manière informelle, en fonction des points que les uns et les autres voulaient soumettre à la discussion.

 •	Point n°1 : Informations diverses 

-Bruno (inteluttant-e-s) : Proposition d’une courte formation en community organizing (Pour information) Cependant, nous sommes peu nombreux. Nous penchons plus pour la possibilité de faire un Framavote pour trouver une plage horaire qui conviendrait le mieux ? Accord général des présent-es.

-Mardi 12h : Rassemblement des syndiqués de Lille 2 contre loi travail, personnels comme enseignants. Il pourrait être important d’y être. Un mail qui précise le RV sera envoyé sur le fil de discussion. (1 personne se porte volontaire)

-Certain-es participant-es souhaitent que l’on prenne, durant une prochaine AG, 1/4h pour expliciter le fonctionnement du Wiki (et peut-être d’autres outils internet ?).

-Prochaine AG : Puisque nous étions à nouveau à Lille 1, il parait souhaitable à toutes et tous d’éviter ce lieu pour la prochaine fois. Pour certain-es, il est souhaitable de se rapprocher du centre-ville. Une université est envisagée, mais quid d’un autre lieu (Café Citoyen, etc.) ?

 •	Point n°2 : Signature de l’appel à mobilisation et manifestation contre la répression des mouvements sociaux et l’intrusion policière dans le local syndical de la CNT.

Nous avons ensuite évoqué la signature par le collectif de l’appel à manifester pour le 21 mai, après l’intrusion de la police dans le local du syndicat :

Voici le texte de l’appel :

« Le 20 avril dernier à Lille, les forces de police ont pénétré dans les locaux de l'union locale des syndicats CNT en défonçant la porte à coups de bélier, saccageant une partie du matériel syndical et fouillant de manière très approfondie les locaux. Deux personnes y ont été arrêtées. Cette agression est le symbole d'une entrave à la liberté syndicale mais au-delà, d'une accélération et d'une amplification de la répression du mouvement social en général. On pense aux syndicalistes d'Air France, de Goodyear, aux mutilations dues aux grenades et flashball, aux tirs tendus sur des manifestant-e-s et sur le camion de l'union syndicale Solidaires 13, aux lycéen-ne-s/étudiant-e-s qui ont été interpellés, aux interluttants, … Depuis deux mois et demi, on ne compte plus le nombre d'arrestations, de personnes blessées et même emprisonnées. Tous ces abus,ces violences policiéres,cette répression aveugle ne connaissent aucune limite. Nous apportons notre soutien à tous ceux et celles qui subissent actuellement la répression.Nous la contestons vivement et appelons donc à une manifestation NATIONALE le samedi 21 mai à 14h30 contre l'intrusion dans un local syndical, en soutien aux camarades en attente de jugement, et plus largement contre la répression des mouvements sociaux. Nous appelons également à des rassemblements devant le TGI de Lille (avenue du peuple belge) : Le 17/05 à 13h Le 18/05 à 8h Le 25/05 à 13h30 Le 03/06 à 9h00 en soutien aux camarades qui passent au tribunal! Nous appelons tous les syndicats tous les collectifs toutes les orgas à signer notre appel et se joindre à cette manifestation! »

La proposition est soumise au vote : 3 NPPAV, 0 Contre, 11 Pour. La proposition est donc acceptée et l’appel à manifester signé.

 •	Point n°3 : Questions ajournées

-Le point sur l’AG Nationale sera traité ultérieurement.

-Les questions de périmètre du collectif est trop clivante pour être traîtée à 12 personnes.

 •	Point n°4 : l’inclusion de doctorants en  sciences dures dans le collectif 

-Comment prendre contact et se rapprocher des étudiant-es en sciences dures ? Une discussion a eu lieu sur cette question à partir de plusieurs exemples : constitution d’une liste commune dans le cadre de la comue COMUE entre doctorants en SHS et en SD, discussions à Nuit Debout, prises de contact par Rudy, autres collectifs scientifiques existants…

-Les tentatives de prises de contact (Rudy) semblent difficiles. Il y a pourtant bien des tensions hiérarchie/doctorants sur des questions d’organisation du travail. Sur le plan politique, celles et ceux qui ont été rencontrés ne semblent pas disposés à nous rejoindre. En revanche, un certain nombre de doctorant-es étrangers sont choqués par le racisme qu’ils peuvent rencontrer dans leur vie ici. Cependant, sur les questions de précariat à l’université, la prise de contact semble difficile. Rien ne se fera peut-être spontanément, mais peut-être à la suite d’une invitation ?

-Cela semble faire écho à des phénomènes qui se retrouvent dans d’autres organisations (ANCMSP). D’autres arguments qui pourraient être mobilisés portent sur le refus du mandarinat ou sur les conditions des doctorant-es étranger-es.

-Peut-être que la précarité qu’on expérimente est liée à notre liberté de recherche - qui, ceci dit, décline en même temps que les financements des doctorants et jeunes docteurs (cf. Radicalisation, ANR…). Cela peut marcher dans l’autre sens pour ces doctorant-es. Peut-être que l’argument de la recherche fondamentale et de sa défense peut aussi être mobilisé. Sauf que cette liberté de recherche a tendance à décliner en SHS même. -D’autres expériences de lien SHS/Sciences dures ont pu aboutir à des revendications communes. Le financement de la 4ème année pour les contrats doctoraux peut être entendu dans la mesure où en SD, l’idée même de thèse non-financée semble être incongrue.

-Qu’en est-il, ensuite, de la précarité rencontrée par les docteur-es après leur thèse (cf. nombre de post-doc à faire …)

Avec ces idées, il y a peut-être déjà des prises de contact à prolonger. S’adresser aux réseaux existants, scientifiques ou communautaires ? Quelles revendications discuter ensemble ? Revendications possibles : modalité de délivrance et de renouvellement des titres de séjours, rapidité des inscriptions en thèse, …

-Essayer de faire un groupe de travail pour affiner les revendications et les intégrer, du coup, à celles déjà formulées ? Commencer par un premier document qui récapitule les nôtres ?

-Un groupe peut être lancé sur la boucle pour commencer à trouver des pistes. Une personne se désigne pour contacter les doctorants en SD du collectif et commencer à travailler sur la question.

 •	Point n°5 : Formation, autoformation, espaces d’échanges

*Nous discutons de la nécessité d’espaces d’auto-formation et d’échanges.

*Parmi les possibilités évoquées : Informellement, autour d’un déjeuner, diner, verre après une AG ? Plus de formalisation, comme dans un atelier d’écriture ou de partage d’expériences ? Ateliers de partage d’expérience ? Comment essayer de donner une certaine formalisation à la chose tout en laissant libre cours à l’échange, sans « rigidifier » le cadre de cette expression ? Comment faire en sorte que la « forme » ne bloque pas le « fond » ?

*Autre question qui s’y rattache : nous sommes très peu, mais pourquoi ? Vendredi soir n’est peut-être pas la meilleure date ? L’urgence des actions qui s’enchaînent ? Penser par la suite à changer cette date ?

*La discussion se poursuit sur la possibilité d’organiser une discussion collective sur ces espaces d’autoformation et partage d’expérience par les outils internet que nous avons à notre disposition.1

cr/ag/lille/20160513.txt · Dernière modification: 2016/05/17 09:18 par sbrn